Pourquoi une occupation ?

L’Association pour la Protection de la Ferme des Bouillons (APFB), qui a rassemblé jusqu’à 1 300 adhérents, a été créée en décembre 2012 pour alerter l’opinion publique et les élus de Mont-Saint-Aignan MAISON DE LA FERME DES BOUILLONSet de la Communauté d’Agglomération Rouen Elbeuf-Austreberthe (CREA, aujourd’hui Métropole Rouen Normandie) sur l’infondé de la démolition alors imminente de la Ferme des Bouillons par le groupe Auchan.

Pour l’APFB, la démolition sans projet de cette ferme péri-urbaine allait dans le sens contraire des attentes sociétales et des déclarations publiques sur l’avenir de l’agriculture. Les 4ha de la ferme, situés en bordure de Mont-Saint-Aignan et à seulement dix minutes du centre-ville de Rouen, devaient participer à un redéploiement ambitieux de l’agriculture périurbaine de qualité et des filières courtes et locales, pourvoyeuse d’emploi, de lien social et d’aménités environnementales.

Nos actions

La première action de l’APFB a été l’occupation de la ferme, qui aura duré deux ans et demi. Entre chantiers participatifs de maraîchage, « Bouillons de culture », festivals « La Tambouille » et conférences-débats, l’APFB a fait revivre la ferme et le débat citoyen sur l’avenir des terres agricoles périurbaines et les circuits courts alimentaires.
Aux champs, à la ferme des Bouillons occupées par des militantsMouvement citoyen créatif, joyeux et laborieux, « Les Bouillons » ont rapidement obtenu, grâce à un travail d’argumentation et dans un souci de non-violence toujours salué, la sympathie des citoyens et le soutien de la majorité des groupes politiques locaux. Ce soutien s’est concrétisé le 23 janvier 2014, par une modification du PLU, consacrant la Ferme des Bouillons « Zone Naturelle Protégée ». Le permis de démolir détenu par Immochan a quant à lui pris fin le 27 juillet de cette année. A cette date, Auchan ne pouvait plus ni construire, ni démolir.

Ces premiers succès n’ont pas signifié la fin de l’occupation. Déterminés à pérenniser les activités développées sur le lieu, et à ne pas laisser le groupe Auchan y installer une vitrine écolo pour clientèle choisie, les membres de l’APFB se sont fixés en assemblée générale un nouvel objectif : parvenir à un rachat citoyen de la ferme pour y pérenniser l’activité et la vie sociale qui se sont progressivement développés lors de l’occupation. Pour encadrer le travail des bénévoles durant la phase de transition, l’association embauche un animateur-maraîcher, puis un petit marché hebdomadaire ouvre ses portes.

Notre projet : maraîchage bio, relocalisation, éducation populaire

Durant l’automne-hiver 2014, un travail collectif de définition d’un projet global pour la ferme anime les veillées des militants. Présenté publiquement en mars 2015, il articule plusieurs activités. Au cœur du projet, le maraîchage bio, avec l’installation prévue de deux maraîchers indépendants et d’un espace test agricole, oueducalter06til de post-formation pour jeunes paysans. Prolongement direct, un point de vente coopératif de produits paysans locaux, autour duquel s’est fédéré un groupe d’agriculteurs, sera un nouveau trait d’union entre producteurs et consommateurs du territoire. En plus de ces activités, les bâtiments de la ferme permettront par la suite de mettre en place un atelier de transformation collectif. Devenu par l’occupation un lieu de réunion, de découvertes, de débats et de fête, une partie du site sera réservé aux activités culturelles, pédagogiques et d’éducation populaire, en premier lieu autour des thématiques agricoles et alimentaires.

L’épargne citoyenne

pour que la ferme demeure un bien commun

Pour réaliser ces objectifs, une seule solution : qu’Immochan revende. L’APFB entendait faire de la ferme un « Bien Commun » des habitants de la métropole. A cette fin, l’association avait lancé en mai 2014 un appel à promesse d’achat de parts, afin d’évaluer sa capacité de mobilisation d’épargne citoyenne, première étape avant d’engager la discussion avec le propriétaire en titre. Bien que le cas soit atypique pour elle, l’association Terre de Liens Normandie, dont c’est le métier, a accepté, après de longues discussions, de nous suivre dans notre projet, avec comme objectif une acquisition de la ferme par leur fondation, garantissant la vocation agricole du site à vie. Cette initiative approchait, sans communication, des 150 000 € et s’apprêtait à entrer dans sa phase opérationnelle avec l’accord de Terre de Liens lorsque l’association a appris la vente de la ferme par Auchan à une société civile immobilière.

Un commentaire

  • DE tout coeur avec vous ….vous gagnerez car tous les mafieux prédateurs RECULENT ds ce monde saturé de conneries ! ..BELLE ET HEUREUSE ANNEE 2015 …qu’elle soit Lunineuse et elle le sera …ds la victoire. Je pense à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.