Protéger les terres agricoles

Depuis 2017, Bouillons Terres d’Avenir, l’Héberge en Seine, le Réseau des Amap de Haute-Normandie, Slow Food-Terres Normandes et Terre de Liens Normandie s’organisent au sein d’un collectif pour la préservation des terres agricoles. L’objet : limiter considérablement la consommation des terres agricoles par l’urbanisation en vue d’une alimentation locale et biologique.

2019 est l’année cruciale pour la préservation des terres agricoles et naturelles de notre territoire. La Métropole Rouen Normandie finalise le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) qui s’appliquera aux 71 communes de la Métropole Rouen Normandie font l’objet d’une importante révision, actuellement en discussion entre la Métropole et les communes.

En 2018, dans le cadre de l’élaboration par la Métropole du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, nous avons analysé la situation des terres agricoles et naturelles du territoire, et les ouvertures à l’urbanisation que prévoyaient d’autoriser la Métropole et les communes pour la prochaine décennie.

Nous contestons en particulier l’urbanisation de la ferme de la Basilique à Bonsecours, le projet de création d’une double autoroute à péage à l’est de Rouen (appelé pendant de nombreuses années « contournement est »), ainsi que la disparition programmée de fermes, terres cultivées, prairies, espaces naturels, espaces boisés et forêts.

Le collectif est ouvert à toute personne ou association partageant nos objectifs de limitation de la consommation future d’espaces agricoles et naturels et de promotion d’une alimentation locale et biologique.