Historique

Ferme des Bouillon semons contre l'expulsion. Photo : Bouillon

Sticker Sauvons la ferme des Bouillons

32 mois d’occupation, une mobilisation toujours vivace

 

 

Vous cherchez un résumé « neutre » de l’affaire des Bouillons ? Pensez à consulter la page wikipedia consacrée à la ferme des Bouillons.

2012

Janvier 2012 : achat de la ferme des Bouillons, à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, par Immochan (filiale immobilière du groupe Auchan). Prix de la vente : 700 000 €, pour un terrain de 4,11 ha classés en Zone A Urbaniser et 11 bâtiments. La mairie ne préempte pas.

ferme des Bouillons vue du ciel. Photo : Les Gars'Pilleurs2013_04_FermeDesBouillons_Maison. Photo : ***

 

 

 

 

 

 

 

27 Juillet 2012 : signature par le maire de l’époque, M. Léautey, contre l’avis écrit de ses services, d’un permis pour démolir en totalité les 3 maisons et 7 bâtiments, en bon état, de la ferme, « considérant que la démolition est envisagée pour éviter les problèmes de squat ».

6 décembre 2012 : alertés de l’imminence de la démolitioOccupation de la ferme des Bouillons réunion devant la maison avril 2013. Source : Bouillonsn, un groupe de citoyens débute l’occupation de la Ferme et créent dans la foulée l’Association de Protection de la Ferme des Bouillons.
15 décembre 2012 : premières portes ouvertes aux Bouillons ; l’association compte déjà plus de 100 adhérents.
20 décembre 2012 : première rencontre constructive avec le nouveau maire PS, M. Colasse et avec son adjoint à l’urbanisme. Puis première intervention de l’association au conseil municipal.

2013

11 janvier 2013 ferme des bouillons journée internationale des luttes des femmes mars 2014. Photo : automédia Bouillons: premier « Bouillon de culture » à la ferme : projection du film « La Maison neuve » en présence de la réalisatrice Ariane Doublet . Ensuite, chaque semaine, films, débats, scènes ouvertes, concerts, impros, contes se succèdent dans le poulailler reconverti en salle de spectacle.
4 février : rencontre des élus de la CREA (future Rouen Métropole) qui reconnaissent la nécessité de sauvegarder la ferme.
29-30 mars : mise en culture collective et semis de printemps sur une parcelle.
17 avril : ordonnanceFerme des Bouillons Pas de projet pas de démolition avril 2013 et commandement de quitter les lieux sous 24 H signifiés par exploits d’huissiers
18 avril : rassemblement à la ferme : 142 personnes se déclarants « occupants ». Pas d’huissier.
L’association grandit : 400ème adhérent et plus de 3 500 signatures de la pétition.
20 avril : « Semons contre l’expulsion » : plus de 300 personnes, 100 kg de pommes de terre plantées, 3 concerts.
8Ferme des Bouillons ramassage des pommes de terre septembre 2013. Photo : automédia Bouillons juin : fête pour les 6 mois des Bouillons et forum Paysans-Citoyens à la Ferme, sur le thème « Agriculture et spéculation foncière », co-organisé avec la Confédération Paysanne 76.
11 juillet : assignation contre Immochan devant le juge du Tribunal de Grande Instance de Rouen pour obtenir l’annulation de la procédure d’expulsion.
30 juillet : envoi aux groupes politiques du conseil municipal d’un dossier complet, concluant à la possibilité de faire une modification du Plan Local d’Urbanisme (PLU)
1er septembre : réponse des quatre groupes politiques : tous les groupes approuvent le maintien des maisons et des rangées d’arbres. Trois groupes (socialistes, EELV, centre) nous rejoignent sur la nécessité de modifier le PLU pour sauver la ferme et redémarrer l’activité agricole.
7 septembre : récolte collective des pommes de terre traitées à…. «  l’anti expulsion »
27, 28, 29 septembre : Festival de la Tambouille : trois jours de spectacles, concerts et conférences, d’ateliers et animations, avec la présence de nombreuses associations régionales. 1 500 festivaliers à la ferme. Conférence de Marc Dufumier sur  le thème « Malbouffe au nord et famine au sud ». Entrée à prix libre + 1 légume de saison. Crêpes, bons petits plats végétariens à base de produits locaux et grande tambouille préparée collectivement à partir des légumes amenés par les festivaliers.
Du 21 octobre au 23 novembre : enquête publique pour modifier le PLU et classer les rangées d’arbres. Le commissaire-enquêteur reconnaît le bien-fondé du passage du site en Zone Naturelle Protégée.
7 décembre : assemblée générale de l’association. Nos statuts s’élargissent à « la mise en valeur de la ferme en qualité d’exploitant agricole » et « au développement, à la promotion et à la pratiques d’activités culturelles sur le site ».

2014Ferme des Bouillons traction animale avril 2014. Photo : automédia Bouillons

23 janvier 2014 : vote par le conseil municipal de Mont-Saint-Aignan d’une délibération classant la ferme en Zone Naturelle Protégée et protégeant les rangées d’arbres. (Immochan a depuis engagé des recours contre cette délibération).
7 avril : coup d’envoi d’une activité maraîchère bio à la ferme, avec démonstration de labour en traction animale sur 4 000 m2 de terres agricoles et implantation d’une serre.
17 mai : Rassemblement à Roubaix devant le siège social du groupe Mulliez, propriétaire de la ferme. A l’appel de quatre collectifs dits « Anti-Auchan », plus de 300 personnes défilent de Roubaix à Néchin, en Belgique, où plusieurs membres de la famille Mulliez sont exilés fiscaux. A l’arrivée, un tracteur dépose symboliquement de la terre sur le bitume puis des enfants plantent tomates et pommes de terre : ils veulent bétonner nos terres ? On cultive sur leur bitume !
Marche Roubaix Néchin Anti Mulliez Ferme des Bouillons. Photo : automédia BouillonsMARCHE ANTI MULLIEZ. Photo : ***

 

 

 

 

 

 

 

La famille Mulliez (première fortune de France) possède plus de 80 enseignes commerciales : Auchan, Decathlon, Leroy-Merlin, Kiabi, Flunch, Pizza Paï, Phildar, Boulanger, Norauto, Midas, Pimkie, Jules, Brice, Cultura, etc.), et possède des filiales immobilières très puissantes, spécialisées dans l’aménagement de centres commerciaux.
Les 4 collectifs « Anti-Auchan » luttent à Gonesse, Orléans et Cavaillon et Mont-Saint-Aignan contre l’accaparement et le bétonnage de terres agricoles et naturelles par des entreprises de la famille Mulliez.

27 mai : rencontre de la nouvelle Maire UMP, Mme Flavigny et de l’adjoint à l’urbanisme.
ferme des bouillons convergence juillet 2014. Photo : automédia Bouillons
31 mai : lancement de la campagne de promesse d’achat de parts de la ferme par les citoyens (103 € la part) pour nous préparer à racheter collectivement la ferme quand Auchan sera vendeur.
Juin : l’association embauche à temps partiel un animateur-maraîcher, responsable de la planification des cultures et de l’encadrement du travail des bénévoles.

Ferme des Bouillons convergence des luttes juillet 2014. Photo : Automédia Bouillons

1er juillet : accueil de la caravane de la Convergence des Luttes Nord-Ouest, groupe de cyclistes partie de Lille à destination du festiZAd de Notre-Dame-des-Landes, et faisant étape sur des lieux en lutte : Divion (Pas-de-Calais), contre le gaz de couche, Drucat (Somme) contre l’usine des 1000 vaches, et la Ferme des Bouillons.
Juillet : lancement du marché du samedi à la ferme, lors duquel les adhérents de l’association peuvent se fournir en légumes produits sur la ferme, ainsi qu’en produits biologiques locaux.
4, 5, 6 juillet : participation au festival de soutien aux anti-aéroports de Notre-Dame-des-Landes.

27 juillet : Fin de la validité du permis de démolir détenu par Immochan (non renouvelable suite au reclassement de la ferme en Zone Naturelle Protégée), une fête à la ferme réunit plus de 200 personnes.

28 et 29 août : tenue sur la ferme du Conseil d’Administration de Terre de liens Normandie (association nationale et fondation, reconnue d’utilité publique, qui récolte de l’épargne solidaire pour acheter des fermes en vue d’installer de nouveaux paysans). Terre de liens accepte de nous accompagner dans notre action de rachat de la ferme et dans la création d’un projet alternatif pour celle-ci.Champ de la ferme des Bouillons. Photo : automédia Bouillons
13 septembre : inauguration de la bibliothèque participative des Bouillons.
15 septembre : tenue sur la ferme du Conseil d’Administration du réseau des AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) de Haute-Normandie.
20 septembre : participation à Alternatiba Gonesse, contre le projet du groupe Auchan de construire le plus grand centre commercial d’Europe, sur ce qui compte parmi les dernières terres fertiles d’Ile-de-France.
Ferme des Bouillons Tambouille 2014 Casper. Photo : automédia Bouillons26, 27 et 28 septembre : 2ème Festival de la Tambouille : 3 000 festivaliers sur le site, franchissement du cap symbolique du 1000e adhérent à l’association. Concerts, ateliers et conférences sur la permaculture (avec François Léger, d’AgroParisTech), sur le mouvement Alternatiba (avec l’association basque Bizi ! et les collectifs Alternatiba de Rouen et Caen) et sur les luttes agricoles (avec les opposants à la ferme des 1000 vaches, au barrage du Testet, et les collectifs Anti-Auchan de Gonesse et Orléans).
17 octobre : participation à la journée contre l’accaparement des terres au Keelbeeck, en banlieue de Bruxelles, où est prévu la construction de la plus grande prison de Belgique sur 19ha de terres agricoles parmi les dernières de la région.
ferme des bouillons NDDL 1000 vaches solidarité testet novembre 2014. Photo : automédia Bouillons24, 25, 26 octobre : Convergence des luttes : en route pour le procès des « 1 000 vaches » à Amiens, la caravane des petits paysans exclus de la PAC (Politique Agricole Commune) en grève de la faim fait étape à la ferme, suivis de la caravane de cyclistes partis de Notre-Dame-des-Landes puis des « tracteurs vigilants » du COPAIN44 (Collectif des Organisations Professionnelles Indignées par le projet d’aéroport). Conférence-débat sur l’industrialisation de l’agriculture avec E. Deléage, enseignante en sociologie rurale à l’université de Caen. C’est lors de l’accueil des agricultureurs de COPAIN44 que nous apprenons la mort de Rémi Fraisse sur le barrage du Testet.
Novembre : lancement d’un groupe de travail avec des producteurs bios ou durables de la région pour ouvrir un point de vente de produits fermiers locaux sur la ferme.
1er et 2 novembre : Festival utopiste « Des alternatives partouFerme des Bouillons Alternatives partout Kempf Burnel. Photo : capture d'écran youtubet ! ». 500 festivaliers pour un pendant réflexif et militant au festival La Tambouille. Des citoyens engagés viennent de toute la France témoigner d’initiatives locales porteuses de changement et d’espoir, proposant des alternatives au supermarché, à la monnaie. En clôture, Hervé Kempf, rédacteur en chef de Reporterre, débat avec l’un des 9 inculpés de l’affaire Tarnac, auteur présumé du livre « L’Insurrection qui vient », sur le thème : « Les Initiatives locales peuvent-elles renverser le capitalisme ? ».
5 novembre : lancement des Mercredis des Bouillons, cycle de projections mensuel, avec un premier cycle sur l’Afrique.
17 novembre : convocation à la cour d’appel de Rouen des occupants de lFerme des Bouillons tribunal novembre 2014. Photo : automédia Bouillonsa ferme suite à
notre recours (non suspensif) contre la décision de justice ordonnant notre évacuation sous 24 heures.
19 novembre : tenue d’une journée de formation-action sur les Biens Communs, avec F. Sultan de Remix the Common, et Terre de Liens Normandie, à destination des membres de l’association.
21 novembre : conférence désarticulée de Fred Dubonnet, « Mais où est passé Robin des Bois ? », sur l’accord de libre-échange transatlantique, le TAFTA, co-organisé avec ATTAC.
22 et 23 novembre : stand à la Fête de l’Humanité 76, et participation à un débat sur l’avenir de l’agriculture.
3 décembre : 2e journée sur les Biens Communs avec Remix the Common, pour poursuivre le travail engagé en novembre.
6, 7 décembre : fête des deux ans d’occupation et Assemblée Générale ouverte et participative. Représentation de la pièce « Les Agricoles », de Catherine Zambon, par l’auteure et sa troupe.
18 décembre : la cour d’appel confirme l’ordonnance d’expulsion sans délai des occupants de la ferme des Bouillons. A cette occasion, l’APFB publie quelques indications sur la conduite à suivre pour soutenir la lutte en cas d’intervention des forces de l’ordre.

2015

4 et 5 février : les fermiers « Terre de Liens », réunis en assemblée générale aux Bouillons, créent l’Association des Fermiers Terre de Liens.

13-14 mars : pour leur nouvelle rencontre à St Jean de Braye, les « Anti-Mulliez » offrent à leurs soutiens « les clés des paradis fiscaux », grâce à l’économiste Benoit Boussemart venu expliciter certaines des ficelles par lesquelles les Mulliez et leurs sociétés échappent à l’impôt.Ferme des Bouillons Faites du printemps mars 2015. Photo : automédia Bouillons

21-22 mars : 800 personnes se retrouvent aux Bouillons pour fêter le printemps, le temps d’un week-end familial et permaculturel. A cette occasion, le projet porté par l’association pour l’avenir de la ferme, qui articule maraîchage biologique, point de vente de produits locaux, formation, éducation populaire et culture, est rendu publique.

24 juillet : la Confédération paysanne lance l’alerte : la ferme est l’objet d’un compromis de vente entre Immochan et une mystérieuse SCI. L’APFB, Terre de Liens et la Confédération paysanne demandent à la Safer de préempter la ferme, pour étudier tous les projets de manière transparente et démocratique. Dans les jours qui suivent, la mobilisation, d’une ampleur inouïe au cœur de l’été, convainc les pouvoirs publics de se saisir du dossier. Dans les jours qui suivent, le Conseil régional et la Métropole Rouen Normandie prennent position en faveur d’un « traitement équitable et transparent des dossiers », soit, à mot couverts, pour une préemption par la Safer.Ferme des Bouillons marche SAFER DRAAF août 2015. Photo : Gaetan Franche

3 août : Romain Pavot, porteur du projet agricole de l’APFB, dépose officiellement son projet à la Safer et à la Draaf, accompagné par un cortège festif d’une centaine de citoyens.

Entre temps, du 27 juillet au 1er août, la ferme accueillait un stage de construction d’éolienne, en partenariat avec Tripalium. La première éolienne de Rouen métropole aura donc été construite à la ferme des Bouillons.

11 août : la ferme accueille une étape du Tour Tandem Alternatiba, animé par des militants climatiques.tour-à-la-ferme-Bouillons

18 août : malgré une importante mobilisation, des arguments solides et un projet économique réaliste et novateur, le président de la Safer refuse la préemption, sans informer ni consulter son Conseil d’administration.

19 août : les occupants sont expulsés de la ferme au petit matin. Fidèles à leur mode d’action non-violent, ils ne s’opposent pas aux forces de l’ordre, mais installent un campement provisoire sur une prairie située à proximité. Les communiqués de soutien pleuvent. Le soir, une assemblée réunit plus de 400 personnes. Durant cinq jours, le campement s’organise, et permet la récupération de matériel encore présent sur la ferme et la réflexion collective sur la suite à donner au mouvement.Ferme des Bouillons Assemblée Générale expulsion. Photo : Sigrid Daune

ferme des bouillons expulsion CRS

 

 

 

 

 

 

 

Des démarches sont entreprises pour faire la lumière sur le fonctionnement de la Safer et en contester les irrégularités.

Les acquéreurs de la ferme entrent sur la ferme dans les bagages des forces de l’ordre, alors que les opérations d’expulsion ne sont pas terminées. Ils y placent maîtres chiens, caméras et clôtures.

 

Ferme des Bouillons vigile chien. Photo : Robin Letellier23 août : une marche de libération des Bouillons réunit plus de 300 personnes. Malgré son objectif pacifique (accrocher des messages sur les grillages installés par les nouveaux propriétaires), la police interrompt la marche et gaze et brutalise les manifestants, avant de laisser passer une délégation.

Bouillons marche libération barrage police carton. Photo : Sigrid Daune

 

 

 

 

 

 

 

24 août : la mairie de Mont-Saint-Aignan obtient un avis d’expulsion. Les Bouillons lèvent volontairement le camp pour ne pas se retrouver une nouvelle fois face aux forces de l’ordre. Les activités de l’association sont accueillies par l’Association de Protection du Site Naturel de Repainville.

ferme des bouillons marché aux jardins de Repainville. Photo Sigrid DauneDans les jours qui suivent, la députée socialiste de la circonscription, l’ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports Valérie Fourneyron, déplore l’attitude de la Safer et rend hommage à l’action de notre association, et le quotidien Le Monde consacre un papier au vitriol à l’affaire des Bouillons, égratignant l’autisme de la Safer et le satisfaction cynique des nouveaux propriétaires. L’adjoint à l’urbanisme de Mont-Saint-Aignan, Bertrand Bellanger, demande lui aussi que « toute la lumière soit faite » sur le fonctionnement de la Safer et qu’elle « justifie son choix auprès des Bouillons ».

2 septembre : fin du délai de préemption de la ferme par la Safer. Dans un communiqué, l’APFB rappelle que « le processus de vente de la Ferme des Bouillons à la SCI In Memoriam restera dans les esprits comme particulièrement inique et opaque« .

5 septembre : Alternatiba Rouen et les associations de Repainville et des Bouillons organisent une fête commune en soutien à leurs dynamiques associatives.

22 septembre : Conseil d’Administration de la Safer Haute-Normandie, près d’Evreux. Une cinquantaine de sympathisants des Bouillons font le déplacement, et sont bloqués par les forces de l’ordre devant le siège de l’organisme. Les administrateurs de la Safer refusent de répondre aux questions écrites du Conseil Régional et à celles, plus détaillées, de l’APFB, sur l’activité de leur institution dans ce dossier. Rien ne filtre de la réunion.

30 septembre : le président du Conseil régional de Haute-Normandie, Nicolas Mayer-Rossignol, envoie un courrier au président de la Safer, lui demandant de répondre par écrit aux questions posées par son institution.

17 octobre : premier événement « hors les murs » pour les Bouillons, qui organisent « Automne en communs », journée d’échange et de découverte autour des « Biens communs », sur une ferme arboricole au nord de Rouen.

18 octobre : assemblée générale de l’association, qui acte une réorientation des activités suite à l’expulsion.

2016

13 janvier : le tribunal de Rouen valide la légalité de l’expulsion, et refuse de reconnaître la violation de l’obligation de restituer le matériel que l’association reprochait à Immochan.

5 mars : assemblée générale extraordinaire de l’association, modifiant les statuts pour les mettre en conformité avec les nouvelles orientations décidées en octobre. L’Association prend le nom de « Bouillons, Terres d’Avenir ».

29 mars : le tribunal administratif de Rouen examine les recours déposés par Immochan contre la décision de la commune de Mont-Saint-Aignan de classer la ferme en Zone Naturelle Protégée. Le rapporteur public considère que « ce choix répondait bien à l’intérêt général« , et demande aux juges de débouter la société Immochan de ses demandes.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.