Rouen soutient Notre-Dame-des-Landes

180413-rouen-zad-couverture

Vendredi 13 avril, une cinquantaine de personnes se sont introduites pacifiquement dans l’Hôtel de Ville de Rouen pour y mener une action de soutien aux habitant.e.s de Notre-Dame-des-Landes.

Le rassemblement était annoncé sur l’esplanade Marcel Duchamp pour faire tourner la police en bourrique, mais c’était bien l’Hôtel de Ville de Rouen l’objectif de l’action du jour. Après avoir occupé la salle du conseil pour y voter une motion demandant l’arrêt des expulsions, les militants ont déployé sur le péristyle de l’édifice une banderole proclamant le soutien de Rouen à Notre-Dame-des-Landes.

Dans le tract qu’ils ont diffusés à cette occasion, les militant.e.s réclament un arrêt des opérations militaires et une gestion collective des terres de la ZAD. Le texte est à retrouver ci-dessous.180413-rouen-zad-3

Des distributions du tract ont également été organisées samedi 14 et dimanche 15 avril au marché St-Marc, qui ont permis de lever des fonds pour la reconstruction de la ZAD.

Pour préparer les prochaines actions rouennaises en soutien à NDDL,

rendez-vous mardi 17 avril, à 18h30, au Diable au Corps (100 rue St-Hilaire).

180415-Rouen-NDDL

NOTRE-DAME-DES-LANDES :

Pour une gestion collective des terres de la ZAD

Il aura fallu cinquante ans de lutte pour que la raison triomphe, et que le projet de construire un aéroport au milieu du bocage nantais soit abandonné.

Leur victoire à peine annoncée, les différentes composantes de la lutte ont présenté aux autorités une proposition de gestion collective des terres de la ZAD, afin d’y pérenniser et développer les activités agricoles et artisanales créées par les occupant.e.s du site. On sait quelle a été la réponse du gouvernement : une répression aveugle et sauvage, qui a fait plus de 100 blessés en trois jours d’opération militaire.

Le site de Notre-Dame-des-Landes est unique en France : gelé par le projet d’aéroport, il a échappé au remembrement agricole, qui partout ailleurs a fait de nos campagnes un désert sans vie. Confier ce territoire à l’agriculture conventionnelle, c’est le condamner à coup sûr.

Seule une gestion coopérative des terres par celles et ceux qui l’ont protégé du béton et des pesticides garantira que les activités qui s’y développeront à l’avenir respecteront l’exceptionnelle biodiversité du site.

Seul un cadre collectif, sur le modèle de ce qui a été fait au Larzac, permettra, de préserver et amplifier les expérimentations sociales et politiques qui ont fait de Notre-Dame-des-Landes un lieu unique, visité par des personnes venues du monde entier.

La résistance acharnée des habitant.e.s de la ZAD l’a montré :

le gouvernement doit abandonner son dogmatisme

et ouvrir des négociations !

C’est pourquoi nous demandons

au gouvernement :

d’interrompre immédiatement les opérations militaires en cours sur le site ;

de reconnaître que l’avenir du site passera par une utilisation respectueuse de l’exceptionnelle biodiversité du site ;

d’ouvrir un dialogue sincère avec les occupants pour poser le cadre d’une gestion collective des terres de la ZAD, afin que s’y développent des activités agricoles et artisanales respectueuses de l’environnement et des hommes, et que s’y poursuive la possibilité d’expérimenter d’autres façons de vivre, produire et consommer.

Qu’ils le veuillent ou non, la ZAD vivra !

Rouen, le 13 avril 2018

Un commentaire

  • Bonjour et encore bravo pour ce que vous faites pour l’avenir des générations à venir pour l’avenir des enfants et l’avenir de tout ce qui vie autour de nous il faut que ce système maçonnique s’écroule complètement ceux qui sont au pouvoir sont des dangers pour l’humanité tout entière je me suis battu depuis 2008 à éveiller les masses dans ce sens là j’en est payé le prix fort car à 50ans je risque de me retrouver à la rue bientôt car le système luciferien maçonnique à détruit ma vie active mais je ne regrette absolument rien battez vous et ne relâchez aucunement devant ces pantins du diable qui nous considèrent comme du bétail humain l’avenir de nos enfants est en jeu. Courage je vous soutiens moralement et avec le coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.