« Polémique autour du projet immobilier de la ferme de la Basilique » (Le Bulletin, 16 octobre 2018)

Article_Bulletin_2018.10.16

Retrouvez ci-après l’article consacré par le journal Le Bulletin le mardi 16 octobre 2018 au projet immobilier et à notre mobilisation pour sauvegarder la ferme de la Basilique, ou cliquez ici ou sur l’image ci-dessous :

Article_Bulletin_2018.10.16

 

Polémique autour du projet immobilier de la ferme de la Basilique, près de Rouen

L’association Bouillons terres d’avenir monte au créneau pour défendre la ferme de la basilique de Bonsecours (Seine-Maritime), contre un projet de construction de logements.

Devant le site à Bonsecours (Seine-Maritime), Benoît Leclerc, Marie-Jo Maheu, Philippe Vue, co-porte-paroles de Bouillons Terres d’Avenir veulent informer la population et proposer un autre projet autour de l’agriculture périurbaine.

Devant le site à Bonsecours (Seine-Maritime), Benoît Leclerc, Marie-Jo Maheu, Philippe Vue, co-porte-paroles de Bouillons terres d’avenir veulent informer la population et proposer un autre projet autour de l’agriculture périurbaine. (©Le Bulletin de l’arrondissement de Rouen)

L’association Bouillons terres d’avenir monte au créneau et se mobilise, samedi 20 octobre 2018, pour informer les habitants et les élus sur le site de la ferme de la Basilique, à Bonsecours, près de Rouen (Seine-Maritime).

« Une unité paysagère et un indice de biodiversité maximale »

Entre 2012 et 2015, cette association avait été à l’origine d’une action déterminée et d’une importante mobilisation citoyenne et associative pour la sauvegarde de la ferme des Bouillons à Mont-Saint-Aignan. À Bonsecours, rien n’est encore acté définitivement, mais le premier rendez-vous de samedi pourrait être le début d’une mobilisation.

Près de la basilique Notre-Dame, côté sud, les terrains agricoles de cette ancienne ferme s’étendent sur environ 15 hectares. Ils comportent des prairies, des arbres et des vergers aux variétés anciennes. Selon l’association Bouillons terre d’avenir, ce site naturel présente « une unité paysagère et un indice de biodiversité maximale ».

300 logements prévus

Le projet du promoteur Nexity prévoit la construction d’environ 300 logements individuels et collectifs. Dans les champs de cette ferme, près de 200 logements sont prévus avec des routes et des parkings. De l’autre côté de la basilique et autour de la maison diocésaine, près de 100 logements sont prévus.

Lors du dernier PLU (plan local d’urbanisme) approuvé fin 2007 par la municipalité de Bonsecours, le site a été classé en zone à urbaniser (ZU). L’ensemble forme la ZAC (zone d’aménagement concerté) « Les Jardins de la Basilique », créée le 29 septembre 2009 lors d’un vote du conseil municipal.

Ce projet d’urbanisation de la dernière ferme de Bonsecours date de plus de 30 ans. Il n’a jamais pu être mené, car les trois copropriétaires de cette époque l’ont toujours refusé. Après leur décès, leurs héritiers ont accepté le projet. Un traité de concession a été accordé à la société Nexity en 2011.

Un accord de principe de la Métropole

Alors que le futur plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) va remplacer le PLU actuel de Bonsecours et de toutes les communes de la Métropole Rouen Normandie d’ici 2020, le projet de construction de logements pourrait voir le jour.

Lors d’un conseil communautaire du 14 mai 2018, la Métropole Rouen Normandie a voté un accord de principe sur le programme et la création des équipements d’infrastructures nécessaires (voiries, eau, électricité, égouts,…) dans cette ZAC « Les jardins de la Basilique ».

L’association surprise

Cette délibération de la Métropole Rouen Normandie a suscité la surprise de Philippe Vue, co-porte-parole de l’association Bouillons Terres d’Avenir : « Il y a un décalage complet avec les engagements affichés par la Métropole en matière d’environnement comme la COP 21 locale. » Il reproche également à la Métropole d’être en contradiction avec le Schéma de sohérence territoriale (SCOT) d’octobre 2015 mentionnant la nécessité de préserver les espaces naturels agricoles et de développer l’agriculture périurbaine.

D’autant que, depuis juin 2017, cette association participe régulièrement à l’une des commissions de travail du conseil consultatif de la Métropole sur les enjeux agricoles et alimentaires.

Un recours gracieux rejeté

En juillet 2018, l’association Bouillons terres d’avenir a déposé un recours gracieux demandant une annulation de cette délibération… demande rejetée en septembre 2018 par la Métropole. Dans la réponse de la collectivité, Françoise Guillotin, vice-présidente en charge de l’urbanisme et de la politique foncière invoque « un projet d’habitat diversifié localisé au sein d’un espace urbain à proximité des services à la population (nombreux commerces sur la route de Paris, équipements scolaires culturels, ligne Fast de transports en commun…) ». Elle estime également que « cette opération permet la diversification de l’offre de logements sur la commune de Bonsecours qui a des obligations de production de logements sociaux ».

Faire du maraîchage

Pour l’avenir de ce site agricole, Bouillons terres d’avenir propose un autre projet : maraîchage biologique pour alimenter la restauration locale (Ehpad, écoles), circuits courts, ferme pédagogique pour rapprocher les jeunes de la nature et de la nourriture. « Ce projet d’urbanisation de la dernière ferme de Bonsecours est un projet d’un autre temps qui ne correspond plus aux enjeux environnementaux du XXIe siècle », argumente Philippe Vue.

Un conseil municipal (un peu) chahuté
Les élus de Bonsecours étaient réunis en conseil municipal, lundi 15 octobre 2018 et beaucoup d’élus ont été plutôt surpris de l’affluence dans le public pour la séance. Philippe Vue et quelques membres de son association étaient en effet présents pour une distribution de documents, invitant à la réunion de samedi et expliquant la situation, telle qu’ils la défendent.
Répondant à un élu bonauxilien, le maire Laurent Grelaud a réaffirmé que le projet de la ferme de la Basilique « n’est pas en contradiction avec le projet d’aménagement et de développement durable (PADD) du PLUi… sauf à vouloir considérer que le PADD serait une doctrine autoritaire, voire excessive, qui appliquerait la règle unique. Et ce n’est pas le cas », a martelé l’élu.
Aussitôt cette affirmation assénée, Philippe Vue a demandé d’une voix forte, depuis le public, une interruption de séance. Laurent Grelaud a refusé, lui opposant le Code des collectivités territoriales. Philippe Vue lui a alors rétorqué que le maire était justement en droit de décider d’une telle interruption… Ce à quoi l’élu a opposé une nouvelle fin de non-recevoir, estimant que la question posée par Philippe Vue contenait déjà la réponse…
Isabelle Villy

Un débat public

Pour Bouillons terre d’avenir, la première mobilisation de ce samedi est destinée à informer les habitants de Bonsecours et de la Métropole. « Il sera intéressant de voir ce que pense la population », estime Philippe Vue. Le co-porte-parole de l’association lance même l’idée d’un référendum communal en 2019. Samedi, le maire de Bonsecours et Nexity, le promoteur du projet ont été invités à participer au débat qui conclura l’après-midi.

À terme, l’association espère convaincre les élus municipaux de Bonsecours qui restent décisionnaires dans la poursuite ou non de ce projet. Concernant le PLUI validé en 2020, l’association a l’espoir d’un classement du site en zone agricole, ce qui écarterait tout projet d’urbanisation.

Infos pratiques
Samedi 20 octobre, de 14 h à 18 h, près de la Basilique de Bonsecours, réunion d’information sur site. Dès 14 h : visite de la ferme de la basilique (puis toutes les heures). À 15 h et 16 h : lectures d’extraits du roman d’Hector Malot inspiré de la construction de la basilique Un curé de campagne, par la compagnie Les Mots ont la parole. À 17 h : échanges sur la disparition des terres agricoles dans la Métropole, sur le maintien des fermes existantes pour une nourriture bio et locale, et la reconstitution d’une ceinture maraîchère. Tout l’après-midi : travaux au verger, taille des arbres fruitiers existants et nouvelles plantations ; exposition sur le projet du promoteur ; vente de produits biologiques et locaux : légumes, plantes vivaces, plantes grasses et aromatiques, cidres, jus de fruits, confitures.
Contact : fermedesbouillons@riseup.net ; www.lafermedesbouillons.fr


Nicolas Gaillard

Un commentaire

  • Christel lory

    Le SCOT fait force devant le PLU et le PLUI !!! La délibération avec accord de principe de la métropole n’a aucune valeur face à la décision de la commune. Et ne surtout pas oublier la prochaine échéance électorale municipale !!!

    Tout est jouable avec une mobilisation des habitants du plateau Est et de la métropole et non uniquement de BONSECOURS

    C’est avec force conviction d’une issue heureuse dans ce combat que je souhaite m’investir pleinement et rejoindre votre équipe

    Je n’ai pas pu être présente aujourd’hui car en déplacement à Paris , mon mari présent vient de me’faire part de vos échanges aussi je vous remercie de bien vouloir me contacter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.