Les Mégard, marionnettes des Mulliez et d’Auchan ?

gerard-mulliez

L’affaire des Bouillons, « PME contre zadistes », vraiment ? Et Auchan, dans tout ça ?

Dans les médias, Thibault et Baptiste Mégard (de la SCI « In Mémoriam ») s’évertuent à présenter un profil de jeunes entrepreneurs familiaux épris de nature. Tomegard_bouillonsut à son business-plan sur cinq ans, Thibault Mégard, gérant de la SCI, en oublie de mentionner certaines de ses activités qui ne seront pourtant pas sans répercussions sur le devenir des Bouillons si son projet venait à se réaliser.

Rappelons tout d’abord que ce jeune patron est également un militant revendiqué de la droite radicale et traditionaliste rouennaise, comme l’a révélé Ras L’Front Rouen il y a quelques jours. Il s’est en effet présenté aux élections législatives de 2007 sous les couleurs du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, en tant que suppléant d’Hubert de Bailliencourt. C’est avec ce même Bailliencourt qu’il a organisé la tenue d’une conférence d’Eric Zemmour à Rouen il y a quelques mois. Il a participé activement, avec son frère Baptiste, au mouvement des Veilleurs à Rouen, un mouvement d’opposition au mariage homosexuel. Les deux frères sont également à l’origine de l’invitation à Rouen de Farida Belghoul, engagée contre la prétendue « théorie du genre » et initiatrice de la Journée de Retrait des Enfants de l’école, en 2014.
Nous ne contestons pas à la famille Mégard le droit d’avoir des opinions politiques. Nous affirmons que cette tentative de reprise en main d’un lieu devenu emblématique par un responsable de mouvement politique aux valeurs radicalement opposées aux nôtres constitue une provocation.
L’ainé de la fratrie, gérant de l’entreprise d’aménagement paysager Œuvre d’Arbre, est également à la tête de quatre autres sociétés actives dans les domaines de la promotion immobilière et l’aménagement de surfaces commerciales, dont « In Memoriam » déclarée le 9 juillet 2015 pour le rachat des Bouillons. Si nous ne connaissons pas à ce jour la réalité de leurs opérations, le profil que ces activités dessinent ajoute à nos alarmes quant à la forme sociétaire retenue pour leur projet d’acquisition : une SCI (Société Civile Immobilière) peut être revendue jusqu’à 99 % à une autre sans la possibilité pour l’Etat et la Safer de pouvoir préempter. La continuité de l’activité agricole à vie sur la ferme ne sera plus garantie.

Liens politiques avec Auchan

Surtout, l’histoire « PME contre zadistes » vendue par certains médias occulte les intérêts d’Auchan et de la famille Mulliez, avec lesquels Thibault Mégard entretient des liens au moins politiques. En 2014, il était candidat aux élections européennes sur une liste « apolitique » aux gerard-mulliezpositions droitières, « Nous citoyens ». La tête de liste n’était autre qu’un éminent membre de la famille Mulliez, André-Paul Leclercq, ancien directeur d’Immochan Pologne, et actuel directeur du développement pour Auchan en Europe de l’Est, et surtout l’un des sept dirigeants de l’Association Familiale Mulliez, qui chapeaute l’ensemble des intérêts du groupe de la famille, première richesse familiale de France, notamment propriétaire des groupes Auchan, Decathlon, Leroy-Merlin, Flunch, Kiabi et … 80 autres enseignes commerciales. Les « petits poucets de l’entreprenariat » ont décidément un carnet d’adresses bien fourni.

Alors, les Mégard, simples outils des Mulliez employés pour laver l’affront et reprendre la main sur les Bouillons ? Cela expliquerait en tout cas le prix invraisemblablement bas du compromis de vente, et la légèreté avec laquelle Auchan accepte de perdre plus de 600 000 euros dans cette histoire.

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.