La culture de la récup’

IMG_7957La culture de la récup’ faisait partie intégrante de plusieurs activités développées par l’association à la ferme des Bouillons. L’avancement de l’occupation et de la remise en activité de la ferme a beaucoup dépendu de l’implication de nos soutiens, et de notre capacité à récupérer à peu de frais du matériel de tout ordre. C’était aussi une philosophie : faire du neuf avec de l’ancien… voire avec le contenu des poubelles.

Outre la récupération de matières, matériaux et outils, les occupants des Bouillons avaient mis en place sur la ferme une friperie, une bibliothèque et pratiquaient la récupération alimentaire.

L’expulsion de la ferme nous a amène à interrompre la plupart de nos activités matérielles, et donc nos besoins en outils et matière première.

Aujourd’hui, c’est pour le potager urbain et participatif sur les quais de Rouen, square Guillaume Lion, que nous avons besoin de matériel et de coups de mains, pour construire des bacs, semer, planter, désherber…

verdeterre

 

Détails de nos activités passées…

Friperie

Friperie comme fripe, comme fripon, free prix ou encore  pompon…

Photo : Les Gars'Pilleurs

Photo : Les Gars’Pilleurs

Grâce aux nombreux dons, au temps de rangement et à l’excentricité de nos goûts vestimentaires passés, la friperie des Bouillons était très appréciée.

Bibliotogérée

La bibliothèque autogérée des Bouillons mettait à disposition des visiteurs de la ferme un choix d’ouvrages variés, à partir d’un fonds constitué uniquement par le don.

Récup’ alimentaire

Nous pratiquions également la récupération de denrées alimentaires, ce qui suscitait parfois l’étonnement des visiteurs. Comment ? Des « écolos » qui vivent sur une ferme, relancent une activité de maraîchage, et font les poubelles de la grande distribution ?
Eh oui.
Il y avait en effet à la ferme des Bouillons un passage incessant de visiteurs, proches ou lointains, de personnes venant assister à des réunions, des spectacles, partager nos activités et nos repas…
Une maousse récup

Récupération de produits

Chaque semaine, nous récupérions donc des denrées alimentaires, et nos repas étaient confectionnés de savoureux mélanges des produits de nos champs, de nos achats (bio et équitables, s’il-vous-plaît), et, donc, des aliments destinés à la poubelle que nous récupérons – avec l’accord de leurs propriétaires.

Il y avait derrière ce geste un peu de politique. Nous défendons une agriculture respectueuse de l’environnement, et les produits proposés en grande surface sont souvent incompatibles avec cette exigence. Cela étant, les produits destinés à la poubelle ont nécessité de l’eau, de l’énergie pour être produits, stockés, transportés. Ils sont là. Autant que cette débauche de ressource serve aux joyeux repas des occupants et visiteurs des Bouillons, plutôt que d’avoir la poubelle pour toute finalité.

Manger bio, c’est pour la santé de la planète avant d’être pour notre santé à nous. Limiter le gaspillage, c’est également « écolo ». Paradoxal ? Parlons-en ! Et pour commencer, allez donc faire un petit tour nocturne dans les poubelles d’un supermarché, pour vous rendre compte des montagnes de nourriture qui y sont jetées.

 

Outre la récup’ alimentaire, la bibliothèque et la friperie, nous avions par exemple pu amasser une impressionnante collection de bocaux en verre pour transformer les montagnes de légumes de récup’, ou encore construire de magnifiques tables et bancs en bois de chauffage. Nous remercions tous ceux qui ont apporté leur contribution à la vie de l’occupation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.