« Bonsecours : le projet de la ZAC des Jardins de la Basilique fait débat » (Paris-Normandie, 10 décembre 2018)

Article Paris-Normandie_2018.12.10

A lire, l’article paru dans le Paris-Normandie concernant la mobilisation citoyenne et associative autour de la dernière ferme de Bonsecours : cliquez ici ou sur l’image de l’article ci-dessous.

Article Paris-Normandie_2018.12.10Article-Paris-Normandie_2018.12.10-2

2 commentaires

  • Toulemonde Damien

    Les terres agricoles sont trop souvent sacrifiées au nom d’intérêt économiques de courte vue. Ce scénario ne fait pas exception.
    A une époque de prise de conscience sur la nécessité de changer notre modèle économique ce genre de projet sera sans doute jugé obsolète dans un avenir proche. Alors autant éviter l’irréversible et conserver le caractère agricole du site en lui donnant des orientations exemplaires (permaculture et agro-écologie). Il est dommage de constater que seul les sites de captage d’eau potable sont de nature à préserver les sols…
    S’il s’agit des dernières terres à caractère agricole de Bonsecours, autant les préserver car une fois que tout sera artificialisé il n’y aura donc plus rien à bétonner. Alors à quoi bon insister ! Il ne faudrait pas voir ces 360 logements comme un enjeu majeur pour l’avenir de Bonsecours. Le seul véritable intérêt qu’ils ont c’est celui de permettre la réélection d’une municipalité…

  • Toulemonde Damien

    Je constate qu’une fois de plus un espace à caractère agricole doit être sacrifiée pour le compte d’un intérêt économique de court terme. Au vu des prises de conscience sur les limites de notre système économique actuel, ce genre de scénario sera vu comme obsolète dans un avenir proche.

    Alors autant éviter l’irréversible et conserver le caractère agricole du site en lui donnant des orientations exemplaires (permaculture et agro-écologie). Il est dommage de constater que seul les sites de captage d’eau potable sont de nature à préserver les sols…
    S’il s’agit des dernières terres à caractère agricole de Bonsecours, autant les préserver car une fois que tout sera artificialisé il n’y aura donc plus rien à bétonner.. Alors à quoi bon insister ! Il ne faudrait pas voir ces 360 logements comme un enjeu majeur pour l’avenir de Bonsecours. Le seul véritable intérêt qu’ils ont c’est celui de permettre la réélection d’une municipalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.